Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’Humanité est un journal un peu particulier, celui d’un parti qui a laissé une trace sanglante dans l’histoire et dont les fidèles continuent leurs exactions à Cuba, en Corée du Nord et ailleurs.

Eh oui l’Humanité est le journal des communistes, il restera l’organe officiel de propagande du parti jusqu’en 1994. L’histoire de ce journal fait partie de l’histoire d’une certaine France, de cette France qui a applaudi au pacte Hitler-Staline, ce qui lui vaudra l’interdiction de parution. Puis, lorsque les troupes nazies occuperont la France, l’Humanité sera le journal de cette France qui entame des pourparlers pour la reparution de sa gazette auprès des autorités d’occupation.

L’Humanité fut de biens des combats, un organe sectaire à la gloire de Staline, mais c’était aussi cela une certaine France de l’époque. Une France qui condamnait Kravchenko, Soljenitsyne, qui prônait le négationniste face au goulag, face au massacre par la faim de la population ukrainienne. Une France qui applaudissait l’entrée des chars soviétique en Hongrie sous la une « Budapest retrouve le sourire », une France qui qualifiait l’insurrection hongroise de crime des « contre-révolutionnaires ».

L’Humanité restera communiste alors que le bloc de l’Est s’effondrait, alors que l’électorat du parti se dissolvait, alors que les ventes du journal s’effondraient inexorablement. La seule ouverture sera financière avec l’entrée au capital du journal d’Hachette et de TF1.

Les cadeaux du contribuables

Ce journal qui a fait tant de mal, qui a craché sur les combattants de la liberté, qui vomit le libéralisme au nom du tout État. Ce journal là ne pouvait pas tomber comme n’importe quelle entreprise capitaliste non rentable, non l’Humanité c’est la patrimoine d’une certaine France, celle qui a empesté la pays de ses remugles totalitaires.

Cela justifiait bien pour les gouvernements de droite comme de gauche le racket des contribuables, qu’ils soient victimes ou défenseurs de cette idéologie.

Nous avons donc payé une aide de plusieurs millions d’euros à un journal subventionné à hauteur de 0,48 euro par numéro et qui ne se vend plus sauf peut-être par le biais de taxes locales finançant les abonnements de bibliothèques municipales.

Ces aides prennent depuis au moins une décennie la forme de subventions ou encore d’avance de trésorerie.

Il est alors question de relancer cette feuille malodorante, mais il faudra bien réaliser que notre argent si mal employé ne sera jamais remboursé, un amendement va donc rayer d’un trait de plume plus de 4 millions d’euros (http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/1547/AN/410.asp), c’est cadeau et c’est nous qui payons.

Les actifs insoupçonnés de l’Huma

Quant à dire que l’Humanité n’a plus d’actifs pour justifier l’abandon de créances, voila qui est douteux et qui mérite d’être vérifié.

Plus d’actifs vraiment ?

Toutes ces années d’idolâtrie n’ont-elles pas permis de conserver dans un reliquaire quelques poils de la moustache ou d’ailleurs du Petit Père des Peuples ?

N’existe-t-il pas quelques maquettes au 1/24ème des jolis chars de l’armée rouge écrasant l’insurrection contre-révolutionnaire des chiens impérialistes de Budapest ?

Ne peut-on débusquer quelques cigares avec autographes de Fidel Castro, le moindre crâne humain reconditionné par les amis Khmers Rouges ?, …

Voyons, cela se vendrait une fortune chez Sotheby’s.

J’invite d’ailleurs tous les contribuables à écrire à l’Humanité pour leur demander de liquider leurs souvenirs : un paiement en nature qui pourrait prendre de la valeur à condition de savoir que les affiches de Robert Hue sont beaucoup moins côtés que l’art dit réalisme socialisme sur fond de faucille et de kalachnikov, que vous en ayez au moins pour votre argent.

Xavier Prégentil

Le musée du communisme ne fermera pas ses portes en France

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :