Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À Toulouse, lors d’un dîner du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France), M. Valls se félicite de la condamnation en Angleterre d’un joueur de ballon poursuivi pour avoir effectué le geste dit de « la quenelle », semblable à celui de la mise à l’ordre des rituels maçonniques mais désormais médiatiquement taxé d’une connotation de symbolisme antisémite appelant des poursuites.

L’ancien ministre Luc Ferry a justement développé l’absurdité de pareille chose. M. Dieudonné ou l’un de ses pareils pourront en effet demain trouver de nouveaux gestes ou mimiques taxées de même de visées provocatrices antisémites, si bien qu’à la longue on tremblera à la pensée que tout geste, toute attitude pourra être susceptible de suspicion « antiraciste » et entraîner des poursuites.

Cependant, ni à Toulouse ni ailleurs, le ministre de l’Intérieur et des cultes n’a annoncé la dissolution des Femen, ce groupuscule terroriste et de racisme anti-chrétien, regroupant et entraînant de fanatiques personnes de sexe féminin adeptes du symbolisme de la poitrine nue, qui se sont livrées en maintes occasions à des agressions et profanations de lieux de culte catholique.

Or, si l’extrémisme islamiste développé en France a frappé notamment à Toulouse et Montauban dans les odieux attentats criminels contre des parachutistes de notre armée et contre des enfants juifs toulousains et un de leurs éducateurs, les appels à la violence contre les chrétiens dont beaucoup, en bien des pays, sont persécutés et assassinés, pourraient être lourds aussi de conséquences meurtrières.

Une fois encore, par son choix de répressivité à sens unique, M. Valls va exactement à l’encontre des buts de sécurité et de tolérance que recherchent légitimement les représentants des institutions juives de France.

Ses attitudes et ses mesures ou ses manques de mesures alimentent la propagation, par différents extrémismes, islamistes ou aux confins de ramifications d’extrême-droite et d’extrême-gauche, de ce que les Juifs bénéficieraient seuls d’une vigilante sollicitude des autorités.

Les nombreux Français juifs adhérents ou proches de l’AGRIF observent avec inquiétude les effets dialectiques objectivement propagateurs d’antisémitisme des propos politiquement motivés et manipulateurs de M. Valls.

L’AGRIF attend pour le moins des dirigeants du CRIF l’intelligence de saisir cela, et d’agir en conséquence. Pour sa part elle déplore et combat tout ce qui, directement ou dialectiquement, alimente les dissensions entre Français.

Bernard Anthony

M. Valls, fourrier de l’antisémitisme.

Partager cet article

Repost 0