Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le ministère de la Défense, ou du moins ce qu’il en reste, a annoncé mardi un plan d'action pour lutter contre les violences sexuelles et le harcèlement dont sont victimes les femmes militaires, tout en affirmant l'importance de poursuivre la féminisation des armées.

Cette déclaration, à l’image des habitudes socialistes comporte à elle seule deux tromperies pour le prix d’une, une assertion qui est une contre-vérité et une volonté mue par un dogmatisme idéologique sans correspondance avec la réalité.

Le premier point consiste pour nos forces de progrès et leurs relais médiatiques bien domestiqués à prendre pour argent comptant les affirmations de deux essayistes en mal de succès, Leïla Miñano et Julia Pascual, dont l’ouvrage « la guerre invisible » présentent le harcèlement sexuel comme une quasi-habitude au sein de l’institution militaire. C’est faire peu de cas de l’avis du contrôleur des armées Brigitte Debernardy, pourtant peu masculine, qui affirme pour sa part que les rares cas ont été correctement traités. De plus, en dehors des deux passionarias camouflées, aucun militaire en activité ou en retraite ne semble être en mesure de valider les accusations.

Le second volet de la manœuvre repose, lui, sur le fait que la première affirmation étant forcément véridique (qui oserait remettre en cause une chose pareille), il convient de mettre en place des mesures salutaires que nul ne pourrait décemment rejeter, à savoir, que : « L’isolement" des femmes au sein de certaines unités étant l'une des causes des dérapages, une féminisation accrue des armées devrait à terme permettre d'en limiter les risques ».

On touche là au fond du problème et au cœur du véritable objectif : Développer la féminisation. Or, il s’agit là encore d’un mensonge par omission, puisqu’avec 15% de femmes militaires (15% de femmes sur 230.000 engagés), pour seulement 10% en Grande-Bretagne et 9% en Allemagne, l'armée française est la plus féminisée d'Europe.

En résumé, si acte condamnable il y a, il doit être punit, mais il semble s’agir d’avantage d’un bon coup de pub pour la vente de leur livre sur le dos du dernier bastion qui résiste encore au socialisme et que personne ne défendra. Nos armées silencieuses sont une proie facile pour des gens qui n’ont jamais porté l’uniforme et dans une société en quête de sensationnel et toujours prompte à dénigrer et à salir ses institutions.

Dans cette période prérévolutionnaire que nous vivons, quand les généraux grondent, quand les citoyens doutent, un seul mot me vient, une citation venue du fond des âges adressée par un centurion trimant à l'extérieur pour la gloire de la Patrie et sans reconnaissance en retour, dans un message adressé à un membre éminent de sa famille, en poste à Rome : "Que Rome prenne garde à la colère des Légions !".....

Gérard HARDY

Vice-Président du Rassemblement Pour la France

Harcèlement sexuel dans l’armée, ou l’art de faire du vent…

Partager cet article

Repost 0